mardi 13 septembre 2016

Grand Prix du Faucigny 2016




Bonsoir,

Ce dimanche 11 septembre a eu lieu la 38ème édition du grand prix du Faucigny organisé par le Vélo Club deCluses-Scionzier. Comme depuis quelques années maintenant, le départ et arrivée se font à Scionzier. Je vais vous en faire un résumé avec comme toujours un récit de mon vécu de la course.


Cette épreuve toute catégorie respecte la grille de prix et la réglementation FFC des courses 1.12.7 (1ère 2ème 3ème Catégories & Juniors en ligne).
Habituellement cette course est pourvue de cols et présente un dénivelé important. Or cette année les organisateurs ont "aplani" ce dernier. En effet seulement 1450m de D+ pour 130 kilomètres. Ainsi nous nous retrouvons à effectués 2 boucles de 60 kilomètres avec 2 GPM (la côte de Morillon et la côte de Châtillon) mais sur la seconde boucle nous effectuons un détour par le début du col de la Ramaz jusqu’au village de Rond avant de replonger dans la vallée. C’est cette montée qui constitue la principale difficulté de la course avec ses 6 kilomètres d’ascension, sa route étroite et ses passages à 10%. De ce fait je choisis "l’assurance" avec une roue libre 11×28 sur ma paire de roue montagne de mon fidèle partenaire Alpin’s Wheel. Je prévoie un peu plus de 3h de course, mes poches remplis de gel énergétiques et d’une barre de céréales High Protein barre (Vanille/amandes) riche en protéines de chez Eric Favre offert par Pédaleur issue de ma dernière box. Chaleur et éventuelles gouttes sont prévues vers la mi après-midi, je gonfle tout de même mes Continental Compétition en 22mm de section à 8,1 bars et 8,6 bars sur la roue arrière !

13h30 : Il fait un peu plus de 30°C sur la ligne de départ quand le fictif est lancé, puis quelques kilomètres plus loin départ arrêté… Et à peine le drapeau baissé nous sommes au sprint ! Nous allons effectuer la première heure de course à près de 45 km/h de moyenne ! Sans arrêt des groupes tentent de se former et de constituer l’échappée du jour ! Nous sommes 8 représentants du Team Chris-Net et lors du briefing avons décidé de faire une course d’équipe. Dans chaque coup au moins un de l’équipe est présent. Je me retrouve aussi dans certains mais hélas à chaque fois le pack reviens. Peu après l’heure de course et à l’occasion d’un contre après la côte de Morillon un groupe se forme et cette fois nous sommes piégés ! Aucun maillot blanc à l’avant ! Et surtout nous sommes les seuls à être piégés, cela ne sent pas bon…


Tout de suite nous prenons nos responsabilités et formons un tempo en tête de peloton. L’écart oscille entre les 40’’ et la minute. Nous allons avoir le soutien du Centre Mondial du Cyclisme qui ont leurs principaux leaders avec nous et qui veulent eux aussi revenir sur la tête !

 

Nous approchons de la côte de Rond, mes coéquipiers ayant effectué un gros travail ne passeront pas avec les meilleurs, je me replace tant bien que mal car les places sont très chères à l’avant ! Dès le pied, c’est un feu d’artifice d’attaques, je ne m’affole pas et me contente de remonter les lâchés au train. Après 1 gros kilomètre d’ascension je suis dans les premiers du pack qui a fondu comme neige au soleil ! Je suis en forme, en embuscade je suis le tempo. Puis je décide de recréer une sélection d’autant plus qu’à l’avant les 8 fuyards ont complétement éclatés et ne forment plus que 4 duo ! Nous sommes à moins de 20’’ d’un de ceux-ci, mon tempo fait mal, nous ne sommes plus que 5 à la bascule !



Après une descente rapide malgré les gouttes qui rafraichissent un peu l’atmosphère mais rendent la route glissante par endroit et, des renforts revenus de l’arrière nous formons un groupe d’une grosse vingtaine d’unités. Rien n’est fait, il reste encore les côtes du Morillon et de Chatillon
L’entente n’est pas bonne, chacun y va de son attaque, je suis les roues d’autant plus que certaines équipes sont en surnombre avec 3 ou 4 coureurs ! Au pied de la côte de Chatillon, nous accusons 30’’ de retard sur un homme seul en tête, j’imprime un gros tempo afin de revenir et sollicite des relais. Au sommet il est repris et nous plongeons vers Scionzier pour nous disputer la victoire au sprint !?

Connaissant ma faible pointe de vitesse, je reste "caché" dans les roues et décide de tenter mon va-tout au kilomètre ! D’autres ont la même idée mais plus tôt, je "filoche" puis parts en contre à 1,5 kilomètres du but accompagné d’un autre coureur. Nous créons un écart, à ce moment-là je ne compte plus mes coups de pédales, je donne tout mais derrière les équipiers préparent le sprint et nous reprennent à 700m !



Le sprint est inévitable, je me bats pour rester dans les premiers. 400m c’est parti, je me dresse sur les pédales, j’ai encore de la force mais je zigzague entre les coéquipiers qui ont lancé le sprint, je perds des places et franchis la ligne en 11ème position malgré tout ! 



Je suis un peu déçu de ce final au sprint avec un groupe si conséquent. J’avais l’habitude de voir et de finir cette épreuve 1 par 1 ou des mini-groupes de 5 à 6 coureurs. Le fait d’avoir supprimé certaines grosses difficultés rend la course différente. Peut-être que pour l’année prochaine les organisateurs reviendront à un profil plus favorable aux grimpeurs…
Mais tout de même content de finir à l’avant, cette fin de saison me réussit plutôt bien avec mon bon résultat de la semaine passée sur le Tour du pays de Gex (mais les évènements de la course n’ont pas apporté un vrai classement…).
Vous pouvez retrouver le profil, le parcours en 3D ainsi que mes valurs "max" en live via ce lien.
Les résultats en pdf.

La semaine prochaine je vais effectuer un dernier bloc foncier avant de me rendre sur La Résistance et ensuite les Cimes du Lac d’Annecy qui clôturera ma saison cyclosportive et le challenge CycloTour !