mercredi 17 août 2016

Résumé de l’Etape Sanfloraine 2016



Bonsoir, 

La traditionnelle Etape Sanfloraine s’est déroulée une fois de plus sur le week-end du 15 aout avec deux courses. (À noter, pas de classement général comptabilisant les 2 épreuves)



Samedi 13 aout : La Montée Christian Rouffiac en CLM. La montée est courte, 1,2 km pour 95m de D+. Cette épreuve est un peu l’ouverture des festivités de la fête votive de Saint Flour.





Dimanche 14 aout : L’Etape Sanfloraine en Cyclosportive ou Cyclotouriste. Comme toujours les organisateurs proposent plusieurs parcours. Citons les trois chronométrés : L’Etape Sanfloraine 146 kms, 2585m de D+ ; Les gorges de la Truyère 109 kms, 1824m de D+ et Le Cirque de Mallet 57 kms, 1072m de D+.





Comme je vous en faisais part la semaine passée, toujours dans l’optique de ma préparation pour le Tour de Guyane, je me suis aligné sur le grand parcours. Avec son profil de moyenne montagne, j’opte pour les mêmes options que la semaine dernière sur la Pierre Chany : Mon BH Ultralight et ma paire de roue Polyvalentes. En revanche je gonfle un peu plus mes boyaux. 8,6 bars pour ma roue arrière et 8,3 bars pour l’avant. (Pour ceux qui sont pointilleux comme moi, chaque détail compte !). C’est sous un beau soleil qui annonce une journée très estivale que je récupère mon dossard, ma plaque de cadre et mon cadeau d’inscription : un sac pour chaussures de vélo griffé du logo de l’épreuve. Je prévois un peu plus de 4h de course, de quoi remplir mes poches avec 2 gels énergétiques et une barre riche en protéines et 2 bidons remplies de boisson Isotonic de chez ON Energy (fourni dans ma Box Pédaleur #3 de mai). 

9h00 : Nous sommes un peu plus de 720 concurrents à nous élancer depuis la ville basse avec la présence de Mr Bernard Hinault, le parrain de l’épreuve.



Tous les participants partent en même temps, de ce fait la course ne part pas sur un gros rythme ce qui nous a permis d’admirer le magnifique viaduc de Garabit (construis par Mr Gustave Eiffel). 


Après 23 kilomètres de course, la première bifurcation écrème un peu ce gros peloton. Nous nous dirigeons vers Chaudes-Aigues et sa source naturelle d’eau chaude à 82°C ! A la sortie de la ville la première vraie grosse difficulté va de nouveau recréer une sélection (mais naturelle cette fois). Quelques coureurs placent des démarrages, je suis en jambes je saute dans les roues mais sans insister derrière. La course est encore longue ! De plus le peloton est encore conséquent environ une cinquantaine d’unités. Tout ce beau monde est en chasse derrière un homme parti dans les 20 premiers kilomètres.
Malheureusement ne sachant pas "qui fait quoi", (des plaques de cadres ou dossards de différentes couleurs auraient permis d’identifier les participants des différents parcours…), personne ne lance vraiment la poursuite.

A Pierrofort, 70ème kilomètre, enfin la dissociation du moyen et du grand parcours. Nous sommes un groupe d’une quinzaine à continuer sur ce dernier. Cette fois tout le monde prends son relais comprenant qu’avec 2’30 d’avance l’homme de tête devient dangereux !
C’est dans le col du Prat de Bouc que tout va se jouer et tout le monde le sait ! Celui-ci monte en 2 parties. Le col de la Grifoul (1365m, 6,6kms à 6% de moy), suivi par une courte descente de 2 kilomètres et repartir sur le Plomb du Cantal ou Prat de Bouc (1385m, 3,2kms à 5% de moy) qui sera le point culminant de cette épreuve. 

 

Dès le pied j’impose un gros tempo, si bien qu’à mi pente nous ne sont plus que 4. L’homme de tête n’a même plus 1’ d’avance quand je suis victime d’un léger saut de chaîne. C’est d’autant plus gênant que c’est à ce moment-là qu’un coureur Elite décide de placer un démarrage. Il est suivi par autre coureur 1ère catégorie, je comble le trou en effectuant un gros pic de Watts (887W)! 





Malheureusement je le paie immédiatement et dois me rasseoir, mes concurrents en profitent pour creuser un écart. Au sommet je bascule avec l’ancien échappé et 40’’ de retard. Après une descente très rapide, je me lance dans le Plomb du Cantal avec un visuel sur le duo de tête. Je sens que j’ai effectué une très grosse semaine et ne parviens pas à avoir mon coup de pédale léger habituel, l’écart grandit à mon grand désespoir! A la bascule je suis tout seul en contre, j’effectue encore une descente très rapide, je flirte avec les 85 voir 90km/h ! Il reste encore plus de 40 kilomètres avant de rallier l’arrivée. Devant je ne les vois plus, derrière le vide également! Que faire ? 

Je décide de rouler à un bon tempo (je me régule autour de 280W) tout en gardant sous le pied si jamais je me fais reprendre mais aussi devant s’ils se relèvent, je peux rentrer. Hélas devant, le duo va filer jusqu’à se disputer la victoire au sprint où le coureur Elite du team Pro Immo (Club DN1 de Clermont Ferrand) va s’imposer. 1’30 plus tard, je franchis à mon tour la ligne et complète le podium. Derrière, mes deux poursuivants passeront la ligne main dans la main après avoir passé plus de 40 kilomètres à se relayer. Un geste cher à Bernard Hinault (il avait ainsi remporté l’étape de l’Alpe d’Huez avec Greg Lemond en 1986) qui n’a pas manqué de les féliciter pour ce beau geste!

Ce fût une très belle épreuve avec une organisation bien rôdée. Les ravitaillements (7 sur l’Etape Sanfloraine) ont permis à chaque participant de remplir ses bidons allégrement, de bien se ravitailler avec la qualité des produits proposés sur ces stands. Celui de l’arrivée était en permanence refourni afin de toujours proposer une bonne quantité de pain d’épices de barre énergétiques et de fruits secs pour les arrivants. L’organisation avait même prévu des navettes (mini-bus municipal) pour aller et revenir de la douche qui se trouvait à environ 500m de l’aire d’arrivée



Après la cérémonie des récompenses où Bernard Hinault félicitait chaque lauréat, je repartais avec de magnifiques paysages dans les yeux, ainsi qu’une très bonne appréciation de cette cyclosportive, où je reviendrai avec grand plaisir lors des prochaines éditions !
Sur le plan sportif, je suis satisfait de ma 3ème place. Quand on regarde le classement, le niveau était élevé. Avec la fatigue accumulée je ne pensais pas terminer sur le podium au départ de l’épreuve !



 Maintenant place à une semaine de régénération et de récupération avant de décoller pour un nouveau Tour International !

Vous pouvez retrouver le survol de ce parcours avec mes "max" sur le lien ci-dessous :


Le classement de tous les parcours sur le lien ci-dessous :