dimanche 10 juillet 2016

Test Roue Zipp Firecrest 404 à pneus



Bonsoir,

Je vais vous présenter une fois n’est pas coutume une paire de roue d’un généraliste mais pas n’importe qui : Zipp. En effet la majorité d’entre vous connaissent cette marque très répandu dans le peloton amateur, cyclosportif et professionnel ! Je ne vais pas vous refaire tout l’historique de la marque mais nous pouvons citer Alberto Contador, Fabian Cancellara, Tony Martins et bien d’autres qui ont conquis un bon nombre de victoires grâce à ces roues et contribués à la renommée de la marque. Mais eux les utilisaient à boyaux ! Mon test sera sur une paire à pneus

C’est à l’occasion du GrandPrix de Nandax que j’ai équipé mon Focus Izalco Max de celles-ci.

Commençons par une présentation de cette paire, et des données constructeurs:
·         Jantes en carbone de 58mm de profil
·         Largeur externe de 26.5mm
·         Moyeux ZIPP 88 et 188 V9
·         18 rayons radiaux à l’avant et 24 croisés à deux pour l’arrière
·         Poids 1590gr la paire ; 715gr (roue avant) 875gr (roue arrière)

La première chose qui choque sur ces roues est leurs largeurs ! Elles passent d’ailleurs très prêt des bases et des haubans du cadre. En effet avec un peu plus de 26mm de large, il faut détendre vos câbles de freins afin d’ouvrir les étriers pour laisser passer la jante sans qu’elle ne touche vos patins.
A ce propos comme nous sommes sur des jantes 100% carbone, il faut penser à monter des cartouches de patins pour jante carbone. 
 

Ma paire était montée avec des pneus Continental Grand Prix 4000 S2 en 25mm de section. Des valeurs sûres dont je vous avais déjà fait l’éloge. Ceux-ci sont selon moi idéaux pour les sorties hivernales ou longue distance ! Comme vous le constatez sur la photo ci-contre la jante est plus large que le pneu. Ce dernier passe très finement sous l’étrier, vérifiez la compatibilité de vos étriers avant l’achat de pneus de cette section… Une fois le réglage des freins effectué et les premiers tours de roues, on sent une grosse inertie mais aussi une prise au vent latérale importante. En revanche une certaine nervosité de la roue arrière se fait ressentir. 






Je me présente donc au départ de cette course ainsi équipé. Le circuit est vallonné avec des portions de grandes routes, de petites routes avec des goudrons différents et un peu de vent : l’idéal pour un test en condition réel ! Mes premières sensations se confirment, dès la présence du vent latéral, je dois vraiment tenir mon guidon pour ne pas faire d’écarts ! La roue avant a une grosse prise au vent latéralement. En revanche vent de face, la largeur ne me perturbe pas. Bien sûr seul un test en soufflerie pourrait permettre de connaitre la perte ou le gain d’une section aussi large par rapport aux standards de 21mm. J’ai tout de même l’impression visuelle de rouler sur un VTC que sur mon vélo de compétition…

Sur les portions dégradés, les roues sautent et ce malgré une pression assez faible de 6.8 et 7.1 Bars respectivement à l’avant et à l’arrière. Heureusement les Continental absorbent bien et me permette de ne pas trop subir ce phénomène. 

 
D’après Zipp, la technologie VCLC (Visco-élastique de contrôle de couche sous contrainte) ajoute entre deux couches de carbone une matière absorbant les chocs. Le constructeur prétend ainsi obtenir un confort quel que soit la route… Je lui propose tout de même de retester ses roues en condition réel !

 
Ma première sensation de la roue arrière s’est confirmée suite à plusieurs démarrages ou contre de ma part. Elle a vraiment une "âme", une nervosité très efficace et surtout pas trop exigeante. Malgré mon gabarit de grimpeur (1m74, 61Kg) je n’ai pas était gêné par son haut profil. Sur le plat et un bel enrobé, c’est un plaisir de rouler avec. En effet une fois lancé et l’inertie en action, j’ai l’impression qu’elles ne vont plus s’arrêter ! Zipp explique ce phénomène grâce à son profil Firecrest toroïdal qui offre un aérodynamisme étonnant digne des jantes de plus grande profondeur. Les moyeux ZIPP 88 (avant) et 188 V9 (arrière) n’y sont pas étranger non plus. En effet ceux-ci sont réputés pour leur grande fluidité et leurs roulements de grandes qualités. Je ressens bien que je dispose d’une paire de roue haut de gamme.


Dans la partie descendante du parcours, deux virages assez serrés me permettent d’effectuer de gros freinages. Les jantes ont une bonne surface de freinage retravaillée spécifiquement. Zipp a injecté une couche de résine sur les zones de freinage afin de limiter les effets de l’échauffement lors des longs freinages. Je suis rassuré d’avoir des jantes aussi larges à pneu, je me rappelle des premières roues carbones à pneus qui chauffaient et cassaient suite au freinage important. 
En effet ceux-ci chauffaient la jante au point de la décoller sur le raccord. La finesse de la jante ne permettait pas une bonne répartition de la chaleur ! Certains ont laissé des os, du "vernis" sur le goudron à cause de ce phénomène ! Mais aujourd’hui cela n’est plus d’actualité forte heureusement !

C’est toujours dans la descente où j’ai apprécié la largeur et la qualité des Continental, je prenais les courbes presque avec autant d’inclinaison qu’avec des jantes à boyaux ! Et cela sans aucune crainte ou appréhension, au contraire une certaine assurance et aisance se faisait ressentir. Encore un bon point pour le constructeur américain.


En conclusion pour approximativement 1700€, vous avez une paire de roue haut de gamme à pneus. Si vous êtes anti-boyaux, et que vous préférez les circuits vallonnés à plats alors cette paire saura vous satisfaire ! Mais si vous recherchez une paire polyvalente, je vous conseille sa petite sœur la 303. De plus pour la haute montagne, passez votre chemin ou bien alors les 202 seront vos alliés. Enfin pour de vraies sensations et de plaisir, ces mêmes paires de Zipp à boyaux sauront répondre à vos attentes, mais peut-être pas à celui de votre porte-monnaie ! Je suis toujours convaincu qu’une paire de roue artisanale (de plus qui sera certainement moins cher !) étudiée pour vous selon votre cahier des charges est bien plus profitable et bénéfique quelques soit les profils.