mardi 24 mai 2016

Championnat de France cycliste de la FCD



Bonsoir,

Ce dimanche 22 mai s’est déroulé les championnats de France des Clubs de la Défense (FCD). Ces championnats (4ème du nom) comme d’habitude viennent se greffer sur une épreuve cyclosportive. Après 3 championnats sur le support de "la Pierre le Bigaut" à Callac (Finistère), cette année la FCD a innové avec « la route thermale » à Vittel (Vosges).
Comme les années précédentes, un classement réservé aux licenciés FCD sera distinct de celui de l’épreuve. Ainsi ce n’est pas forcément le vainqueur au scratch qui sera champion de France. Il faut être licencié dans un club de la Défense pour prétendre au titre. Nous sommes un peu moins de 400 inscrits (les deux parcours confondus) dont pas moins de 150 "FCDistes" ! Comme sur toute épreuve cyclosportive, plusieurs parcours sont proposés : un de 129kms pour 1800m de D+ et un de 87kms pour 800m de D+. 
Les championnats se greffent sur les deux parcours :
Hommes toutes catégories d’âge confondus sur le 129kms
Femmes et handisports sur le 87kms.


Nous sommes 7 coureurs du Club Sportif & Artistique de mon Bataillon à avoir effectué le déplacement. Après une courte nuit pour ma part, mais un bon petit déjeuner, (un grand merci à l’organisation sur ce point) nous nous préparons pour la course. La météo annonce des averses en fin de matinée et seulement 12°C à 9h, je m’enduis les jambes de ma nouvelle crème de massage et protectrice Embrocation Siamoise diluée avec un peu d’huile de camphre (un excellent mélange très efficace en conditions fraiche et humide !). Un peu de ravitaillement dans les poches dont un gel BioEnergy (de ma PédaleurBox du mois de mai), puis nous récupérons nos vélos pour rallier le départ. C’est alors que je m’aperçois que mon pédalier a un jeu de folie ! Celui-ci est complètement desserré, les roulements qui se "baladent" de gauche à droite ! Impossible de prétendre participer à l’épreuve ainsi ! Heureusement dans l’équipe chacun avait amené de quoi "bricoler", je démonte mon Stage Cycling avec ma clé ParkTool AWS-7 et une clé pour la molette de compression Shimano, je démonte les roulements de mon Focus Izalco Max et remonte le tout rapidement en serrant au plus juste… (N’ayant pas de clé dynamométrique sous la main !) Un petit contrôle sur mes périphériques roulants, ma paire de roues polyvalente en 50 et 38mm moyeux DTSwiss 240S (toujours aussi performante et ce malgré les milliers de kilomètres incalculables à leur actif).

9h15 : départ fictif entre Contrexéville et Vittel (6kms) et enfin le réel. Pour une fois sur une cyclosportive, certains font le départ et nous voici partis à bloc ! Beaucoup d’attaques en ce début de course, je suis prudent et observe mes "adversaires" du jour qui sont généralement  mes coéquipiers au sein de l’équipe de France de la FCD. Hélas le profil en début de course ne m’est pas favorable au contraire : légèrement vallonné et du gros vent ! Vers l’heure de course, et près de 38kms, je sens venir les choses sérieuses! Je tente de sortir, je me fais contrer, je repars. Cette situation va durer près de 10kms jusqu’à ce qu’un gros groupe parvienne à se faire la belle et, à mon grand désespoir…sans moi ! Au 46ème kilomètre nous sommes un peloton d’environ 60 hommes et devant une grosse vingtaine avec 2’ d’avance ! Je me dis "c’est foutu" d’autant plus que personne ne roule dans ce peloton… Nous sommes sur une petite route et d’un coup celle-ci se met à grimper à près de 10% ! Je tente ma chance et place un démarrage ! Je sors seul, je grimpe à bloc, au sommet j’aperçois 7 rescapés qui viennent de se faire décramponner du groupe de tête et un peu plus loin ce groupe ! Je viens de boucher 1’30 sur une seule bosse d’environ 2kms ! Je relance toujours aussi fort, je me jette à tambour battant dans la descente et après une chasse de quelques kilomètres je fais la jonction.
A peine revenu je relance ce groupe en prenant des relais et en motivant chacun d’entre eux ! Nous accusons un retard de près d’une minute. Chacun coopère et l’écart se réduit, après une chasse de plus de 20kms nous parvenons à revenir sur le groupe de tête. Je vais tout de suite aux "informations" sur la situation de course : 3 hommes sont échappés depuis le 35ème kilomètre et ensuite notre groupe ; Je connais les 3 hommes de tête et avec l’écart annoncé de 2’30, je sais que nous ne les reverrons jamais ! L’allure est rapide et une nouvelle bosse fais une sélection dans ce contre, nous ne sommes plus qu’une quinzaine, et encore 30kms à parcourir ! Je sens que je paye mes efforts et commence à manquer de force, j’ai du mal à prendre mes relais dans le vent...
A 10kms de l’arrivée la dernière grosse côte, dès le pied ça "flingue", j’accuse le coup, je bascule à quelques secondes, je mets un gros "coup de rein" et rembraye avec la plaque sur le faux-plat, je parviens à revenir dans les roues ! Je me retourne, je suis le seul à avoir réussi à boucher le trou ! Nous sommes désormais une petite dizaine pour une place de 4 et pour moi une 3ème place en Master1 ! Nous rentrons dans Contrexéville, la flamme rouge et enfin le raidillon de l’arrivée où notre groupe explose, je suis pris de crampes et les cuisses "éclatées", je me bats pour le podium avec un œil sur mes rivaux pour au final terminer 9ème au scratch mais 3ème en Master 1 !

A peine la ligne franchie, je suis mitigé j’ai couru toute la matinée à contretemps, mais tout de même content d’avoir réussi l’objectif que je m’étais fixé au départ : une place sur le podium en Master1 !
Une fois la remise des maillots tricolores passée et analyse de ma course, je suis satisfait d’être parvenu plusieurs fois à boucher ces trous et réussir à faire de "grosses bascules". Je pense avoir gagné ou du moins je ressens un gain de force depuis le début de la saison et cela me sera très utile pour mes futurs rendez-vous !
Retrouvez les classements de cette épreuve sur ce lien.