dimanche 20 mars 2016

Résumé Grand Prix Rhône-Alpes sud



Bonsoir,

Ce soir je vous fais encore un résumé de course. En effet ma saison a commencé en retard mais les courses s’enchainent et ne se ressemble pas ! Samedi 19 mars je me suis rendu à Bourg-de-Péage dans la Drôme afin de participer au 21ème Grand Prix Rhone Alpes sud organisé par le Vélo Sprint Romanais Péageois. Le parcours ne change pas par rapport à l’an passé sauf l’arrivée qui a été déplacé au stade des Bayannins après une côte de 250m ce qui peut m’avantager en cas d’arrivée groupé… 150 kilomètres sont au programme avec un peu plus de 1900m de dénivelé positive. Nous effectuons un aller d’environ 20 kilomètres puis 2 fois une boucle de 55 kilomètres avant de revenir au stade du départ pour l’arrivée. 

Une nouvelle fois j’équipe mon vélo de ma paire de roue Alpin’s Wheel en 50 et 38mm de profil. 5 GPM sont répertoriés dont 3 fois le même d’environ 700m à 6% et un mur de 1km à plus de 12% de moyenne ! Avec une cassette en 11-25 et un 39 cela passera un peu à l’arraché mais la partie la plus raide est assez courte.

12h55 c'est sous un beau soleil assez chaud pour une fois (environ 20°C !) que le départ fictif est donné, les 3 kilomètres se passent bien, je profite pour revenir sur les avants postes du peloton. A peine le départ réel donné que déjà, comme toujours, les attaques fusent ! Rien de sérieux. Très vite le premier GPM, à peine avalé que déjà ça frotte pour rester devant. Le vent n’est pas très fort mais présent et maintient une pression sur le pack ! 2 hommes se sont fait la belle et prendront jusqu’à 1’ d'avance. Derrière personne ne prends en main la poursuite. Nous roulons par à-coup. Le raidard se pointe, la route très étroite juste avant opère déjà une première sélection, prudent j’avais anticipé. Je suis en bonne place, à peine arrivé au pied que déjà certains attaquent mais très vite calmé par la pente, je me contente de suivre les meilleurs. En haut je suis avec eux, nous essayons de nous organisés car un trou s’est formé mais hélas encore trop nombreux et lent à nous organiser derrière des petits groupes parviennent à revenir et à reconstituer un peloton d’environ 70, 80 hommes. Devant toujours les 2 échappés dont l’écart fait le yo-yo. Les kilomètres défilent (un peu plus de 40km/h de moyenne) et déjà le second tour de 55 kilomètres et donc d’ici peu le second passage dans le mur ! Je me replace mais j’ai des crampes qui arrivent, de plus psychologiquement je suis complètement "absent" depuis quelques kilomètres (de gros soucis personnel et professionnel en ce moment…) je subis le second passage en regardant les autres faire la "guerre" et me contenter de suivre un groupe de contre ! En haut 10 hommes ont filés avec un petit écart, nous sommes une bonne vingtaine en chasse mais presque toutes les équipes sont représentés à l’avant, notre contre est voué à l’échec ! Si bien qu’en à peine 10 kilomètres l’écart est déjà supérieur à la minute. Derrière des coureurs reviennent… Nous sommes une grosse cinquantaine pour une place de 11ème ! Sur le final une cassure vient scinder notre groupe et 15 hommes forment la bordure. Bien sûr une nouvelle fois je vois mais ne réagis pas (toujours en mode "absent"!), je suis dans un état ou je subis et j’attends l’arrivée sans avoir envie de plus ! Des idées noires me traversent l’esprit (à me faire peur, carrément au point de vouloir tout raccrocher…). Je franchi la ligne au milieu du reste de mon groupe à la 45ème place, les résultats ici.

Je suis tout simplement abattu moralement de voir que les jambes sont là, mais que la tête ne suis pas ! Un jour quelqu’un m’a dit : "le vélo c’est 30% dans la tête, le reste c’est dans les jambes plus un facteur chance !". Moi ça fait déjà quelques temps que je ne pédale plus qu’à 70% ! Et croyez-moi qu’à ce niveau si vous n’êtes pas à 100% vous ne pouvez pas faire la course et être apte à réagir aux différentes attaques ! Je vais tenter de me remettre psychologiquement, de retrouver du plaisir en course et sur le vélo afin d’arriver à 100% de mes capacités sur mes différents objectifs qui vont bientôt arriver. En revanche le point positif est que les jambes sont aux niveaux malgré ces crampes mais qui sont dût en partie à un manque d’hydratation.
La semaine prochaine je participe à notre "Liège-Bastogne-Liège" : Annemasse-Bellegarde, une Elite nationale de 180 kilomètres ! J'espère peser sur la course et enfin me faire plaisir...