mercredi 16 mars 2016

Résumé Grand Prix des trois villages Bohas ; Meyriat ; Rignat 2016



Bonsoir,

ce week-end j’ai participé à une nouvelle course, le prix des trois villages. Une course en circuit longue de 111 kilomètres. Le tour faisait 9,250 kilomètres à effectuer 12 fois. Cette fois le soleil est présent mais timide avec quelques passages nuageux. Seulement un peu plus de 10°C au départ. Je prépare mon vélo avec ma paire de roue polyvalente à moyeu DTSwiss, cuissard et maillot court mais tout de même manchettes plus gants longs et sur chaussures en lycra… Les boyaux gonflés à 7,7Bars pour la roue avant et 8,1 pour l’arrière. J’effectue toujours mes pressions en fonction du revêtement et contrôle celle-ci grâce au manomètre digital Topeak.
Ce circuit a pour particularité de commencer dans une descente de 500m avec 2 virages très serrées et en bas un petit pont étroit. Tout de suite à la sortie de ce dernier viens la principale difficulté de ce parcours, un raidard de 500m ensuite des routes étroites tantôt sur des faux plats montants et descendants balayés par le vent qui forcis au fur et à mesure que l’heure du départ approche. Enfin le retour s’effectue sur une route large avec vent de dos, ce qui en cas de sprint massif rendra celui-ci très rapide !

14h le départ est donné, et déjà dans le raidard des gars sont à la peine, mal placé sur la ligne j’essaye de remonter mais la route étroite ne rends pas la manœuvre aisé ! Au bout de 4 tours je suis enfin dans les 15 premiers du peloton. 
Le temps de prendre un peu la température à l’avant et d’analyser la situation : 4 hommes sont en tête dont un de mes co-équipiers à environ 40’’, derrière le peloton est sous les ordres du Chambéry Cyclisme Formation qui rythme l’allure. 2 hommes parviennent à ressortir et à renforcer le groupe de tête, je reste aux avants postes et laisse travailler les bleus et marrons. Ils sont parfaitement réglés et "huilés" en ne laissant personne venir perturber leur tempo et jouent avec les échappés en les contrôlant toujours entre 30 et 45’’ !
Je redescends voir mes autres co-équipiers pour leur prévenir que vers les 20 derniers kilomètres, "ça va mettre en route" et donc se méfier des cassures ! Nous optons aussi pour assurer une place sur un sprint massif en protégeant notre sprinteur suisse tout droit remis d’une chute et sortis de sa campagne de piste hivernale… Devant certains se sont relevés comprenant que c'est voué à l’échec (dont mon co-équipier qui profite pour souffler un peu et se refaire la cerise), le moment attendu arrive, je le savais, je m’y attendais mais erreur de ma part (et je ne peux m’en prendre qu’à moi !) j’effectue ma remonté trop tardivement et je suis pris dans une cassure ! Il nous reste plus que 2 tours de circuit, nous tentons de combler l’écart mais peine perdu, devant je vois les 2 premières bordures manœuvrer avec le vent ! Nous sommes une bonne vingtaine à rallier ensemble l’arrivée (je termine 56ème…) mais à peine la ligne franchi j’apprends la victoire de mon co-équipier Jean Eudes qui a réussi à ressortir avec 3 autres concurrents dans les tous derniers kilomètres !
Il a ensuite lancé son sprint de loin avec l’expérience acquise lors de ses saisons professionnels il a ainsi laissé sur place ses compagnons d’échappées !


Au final voilà une course qui m’a encore donné un peu de rythme et surtout qui se conclût bien pour le Team Chris-Net ! Cette victoire est le résultat d’un bon collectif tout au long de l’épreuve et, je l’espère, va en amener d’autres très prochainement !

Pour ma part et en relation avec mon coach, je dois enchainer ce genre de courses pour acquérir encore la force qui me manque et cette allure course si difficile à obtenir sans courir.