vendredi 26 février 2016

Vélos Fixie et single speed



Bonsoir,

Vous avez déjà toutes ou tous déjà entendu parler de ces fameux vélos "fixie" ou encore "single speed" ! Mais que sont ces cycles si atypiques et surtout pourquoi un tel Boom ? Très à la mode en ce moment, surtout et paradoxalement chez les citadins qui en ont le moins besoin, ces vélos souvent élégants coutent une petite fortune dans des boutiques spécialisés qui ressemblent plus à des salons de thé ou des galeries d'art qu'à des magasins de cycle. Cette inflation des prix est surprenante vu la simplicité technique de ces vélos, et s'explique d'une part par les marges très confortables des vendeurs et d'autre part par la faible diffusion de certains composants spécifiques ou justes excentriques.
En fin d’article je vous propose des montages spécifiques bien en-deçà des prix exorbitants de ceux couramment rencontrés. Mais tout d’abord apprenons-en plus sur ces vélos : 

Définition du Fixie : Massivement utilisée par les coursiers à vélo depuis les années 1990, le vélo à pignon fixe, couramment appelé fixie, est un vélo de piste utilisé en ville. Contrairement à un vélo grand public, il a la particularité d’avoir un pignon arrière solidaire de la roue, donc sans roue libre. Dépourvu de vitesses et souvent même de frein (on l’appelle alors brakeless), son utilisateur fait corps avec son vélo. La maîtrise de la vitesse est synchronisée à celle du pédalage. Les puristes préfèrent les brakeless, mais pour un usage urbain je conseille vivement l’ajout d’au moins un frein avant !

Définition du single speed : Petit frère du fixie, le single speed en a tous les attributs : un cadre dépouillé et minimaliste au look très urbain et bien sûr une vitesse unique à choisir en fonction de ses trajets quotidiens et de ses performances physiques. Seule différence et non des moindres, le single speed (monovitesse en français) est équipé d’une roue libre qui rend le pédalage indépendant de la roue arrière. La force est transmise du pédalier à la roue et jamais l’inverse. Très souvent équipé d’un moyeu arrière Flip-flop ce qui permet de monter un pignon fixe d’un côté et de l’autre un single speed ou deux pignons différents afin d’optimiser le développement en fonction du profil.

Maintenant que je vous ai un peu éclairé et sûrement appris la différence entre ces deux versions voyons plus en détail les montages et surtout les "règles" ! La première est simple : il n’y a pas de règle ! En effet chacun peut se faire un Fixie ou un Single speed comme il l’entend. Ceci-dit le cintre, le cadre, les roues et la selle sont des accessoires qui "customiseront" votre vélo. Il existe donc un "code" spécifique à chacun de ses éléments :

                Les cintres :
Le droit ou Flat Bar : Idéal pour utiliser son vélo tous les jours sans chercher la performance. Pour ceux qui aiment ce qui est simple, épuré et si possible une paire de frein.
Le piste ou Drop : Pour ceux qui sortent tout droit du vélodrome ! Plus un usage pour foncer dans la circulation, pas de temps à perdre, sac de coursier en bandoulière pour vos rendez-vous professionnel !
Le route : Pour ceux qui font de longues distances, qui s’équipent en cuissard et chaussures à cales avant de se changer une fois arrivé à destination.
Le poursuite ou Bullhorn : cousin du Drop pour ceux qui veulent aller vite mais tout en ayant le choix de la polyvalence et garder un œil sur la circulation. Ceci-dit il traduit un esprit compétiteur ou d’ancien coursier…
Le moustache : Pour ceux qui aiment la balade au grand air, décontracté. Pour retrouver les sensations de la "belle époque".
Le Riser : Pour garder le contrôle quelle que soit la situation, se faufiler dans la circulation. Si vous devez sauter un trottoir, slalomer entre les voitures, c’est votre cintre.
L’anglais : Pour ceux qui veulent prendre de la hauteur, avoir un air autoritaire dans la circulation. Il s’associe à ceux qui ont une attitude flegmatique anglaise.
Le BMX ou Freestyle : Pour ceux dont leur terrain de jeux est la ville avec tous ce que cela comporte, les trottoirs, la circulation, les bancs publiques et tous les obstacles urbains.

 
                Le cadre : C’est la pièce la plus importante de votre vélo. Il détermine en grande partie son style, son poids et sa géométrie.
Deux choix s’offrent à vous, la conversion ou un cadre de piste. Le style dépend du goût de chacun et de ses envies. Le poids sur ce type de vélo n’est pas l’élément de choix premier (à part pour certains puristes qui cherchent les grammes !). Cependant, un vélo léger demande moins d’effort et sera plus agréable à utiliser. Il existe plusieurs matériaux pour confectionner un cadre, mais en règle générale, les fixies ou single speed sont soit en acier, aluminium ou carbone voir en titane pour les ceux qui cherchent le haut de gamme. Pour une conversion il vaut mieux privilégier un acier, l’aluminium en vieillissant s’assouplit et se déforme quand au carbone, il peut se casser brusquement ou se fissurer ! Quand au titane, c'est que du bon mais souvent le prix en refroidit plus d'un...
 
Pour connaitre approximativement sa hauteur de cadre il faut mesurer son entrejambe et la multiplier par 0.65 pour un cadre route et 0.56 pour un VTT, comme sur le schéma ci-contre :


Pour la géométrie, très souvent il s’agit de vélo de course. Ci-dessous un petit schéma afin de mesurer votre hauteur de cadre en fonction de sa géométrie:








Ensuite il faut faire attention au type de pattes qui équipent votre cadre. La chaîne doit être tendue en déplaçant la roue horizontalement d’avant en arrière. Certaines pattes dites "verticales" ne permettent pas cela. C’est le cas de la majorité des cadres routes. C’est pour cela qu’idéalement un cadre de piste est préférable pour monter un fixie. Le schéma suivant vous présente ces différentes pattes:

                Les roues : C’est l’élément qui va le plus donner d’allure à votre vélo ! En effet des roues à hauts profils vont donner un "look" sport, des jantes larges de couleurs, un coté "low-rider", des roues vintage à 36 rayons croisés voir même ligaturés un "look rétro". Tout est faisable mais il faut essayer de rester en relation avec le cadre qui constitue la base du projet. 

               
       
 La selle : Tout comme les roues, elle finit le style de votre custom. Vous pouvez opter pour une Brooks en cuir effet vintage garanti ou pour une épurée tout en carbone pour un look moderne. Cependant il faut savoir que certaines selles ne sont pas compatibles avec les tiges de selles d’aujourd’hui ou inversement.





Avec tout cela vous pouvez d’ores et déjà préparer ou imaginer votre future fixie ou single speed. Le but de cet article est aussi de vous présenter des vélos dont j’ai réalisé les montages et l’élaboration complète. Je vous propose de réaliser votre vélo à votre goût en fonction de vos critères et cela dans un budget serré ! Bien entendu, c’est vous qui m’amenez votre expression de besoin, vos attentes de votre futur vélo. Cela se passe en 4 étapes :
1.       La première, nous effectuerons des recherches de projet déjà existant pour se donner une base de travail.
2.       La seconde étape est la customisation complète sur photo ou catalogue.
3.       La troisième étape, l’acceptation du devis avant de réaliser le montage final.
4.       La quatrième étape, vous roulez avec votre custom griffé @steph48800 !


Comme vous l’avez sûrement constaté, ces vélos sont aujourd’hui de partout et même des accessoires de mode dans les plus belles vitrines des magasins de luxes ! Qui n’a pas eu le regard attiré dans une de ces vitrines à cause ou grâce à un vélo exposé dans celle-ci !? Ou bien une pub pour un parfum, une montre, un sac, un jean avec un fixie ! Même les plus belles enseignes surfent et profitent de cet engouement pour ces vélos. 
Je pense qu’aujourd’hui c’est devenu presque obligatoire de posséder un tel vélo pour flâner en ville, se déplacer rapidement, effectuer un petite course ou autre… 


 Mon conseil : n’hésitez plus et soyez à la page en optant pour un vélo custom qui vous mettra en valeur !