mardi 9 février 2016

Dopage mécanique, vélo à moteur et roue électromagnétique...



Bonsoir,

 A l’heure où le premier cas de tricherie d’un vélo équipé d’un moteur électrique a été pris, il est bon de vous faire un rappel sur ce dispositif déjà connu depuis longtemps par l’UCI. Ensuite je vous propose une présentation sur ce que l'on surnomme déjà comme la révolution du dopage mécanique!

Tout a commencé en 2010 lors du Tour des FlandresFabian Cancellara a déposé Tom Boonen dans une des parties les plus raides de la course. Cette accélération assis sur sa selle a fait couler beaucoup d'encre et des rumeurs qu'il utilisait un moteur électrique relié au pédalier... 

Comment cela fonctionne? Un minuscule moteur qui pourrait ajouter des watts à l'axe du pédalier. Le dispositif électrique se trouve au-dessus de l'axe du pédalier, et contribue à faire tourner celui-ci. L'axe de pédalier est équipé d'une vis sans fin, le moteur d'un engrenage qui fait tourner cet axe. Le coureur a encore besoin de pédaler, mais obtiens une aide d'environ une cinquantaine de watts. Cela peut lui permettre de "larguer" ses adversaires et de s'assurer la victoire.

L'histoire entre l'UCI et ce dispositif:
19 mai 2010, l’UCI nie le rapport du dopage motorisé. Son président (de l'époque)  Pat McQuaid a rejeté l’idée que cette technologie serait utilisée dans le peloton professionnel. "Nous ne disposons pas de connaissances si ce produit est déjà utilisé dans le cyclisme en compétition. En ce moment, nous ne disposons pas de preuves qui nous conduise à la conclusion que ce type de moteur est utilisé dans le peloton".
01 juin 2010, Lefevere prend le dopage mécanique sérieux. Le manager de l'équipe Quickstep de Boonen, d'autre part, a pris les allégations au sérieux : "Ce serait pire que le dopage".
02 juin 2010 l’UCI veut discuter du "dopage motorisé" : Finalement, l'UCI a été contrainte d'envisager la possibilité que cela existe, même si McQuaid a continué à nier que ce serait possible. "Ils ne sont pas encore invisible," at-il dit. "Sur tous les éléments que nous avons vus, la batterie a une taille équivalente à un sac de sucre".
03 juin 2010 le Team Saxo Bank rejette les insinuations de dopage mécanique : L'équipe de Cancellara a fermement défendu son coureur avec une déclaration emphatique :"Il n'y avait pas et n'a jamais eu de moteur dans le vélo de tous coureurs de l'équipe Saxo Bank. Les victoires de Fabian sont le résultat de dévouement, de travail et de sacrifice, ainsi que sa capacité unique d'atteindre ses objectifs. Nous sommes convaincus que le public peut voir à travers le non-sens de ce mythe, de respecter Fabian pour ce qu'il est : un vrai champion".
04 juin 2010, Chris Boardman a averti l'UCI des risques de vélo dopage : Le Britannique a renchérit à dire qu'il avait averti l'UCI sur l’existence de ces moteurs un an avant les rumeurs. "Je me suis assis à une réunion avec l'UCI l'année dernière et dessiné sur le tableau noir exactement comment cela pourrait fonctionner," Boardman avait déclaré au Telegraph : "Je leur ai montré certaines des technologies sophistiquées mais maintenant disponible. Des équipes de F1, peuvent obtenir un kilowatt sur une seule pile AAA. De plus les vitesses à commande électrique sont légaux de nos jours il y a donc déjà une source d'alimentation sur de nombreux vélos. Il y avait un silence de stupéfaction dans la salle après ma déclaration".
11 juin 2010, Cancellara a toujours maintenu que le seul moteur qu'il a est son corps.
12 juin 2010, un juge italien ouvre une enquête sur des vélos motorisés : le journaliste italien Davide Cassani a montré des preuves vidéo de l'existence du moteur, et a dit qu'il a été utilisé dans des courses. Il a montré un appareil avec une batterie cachée dans un bidon.
19 juin 2010, l'UCI a décidé qu'elle devrait commencer à vérifier les vélos, à commencer par le Tour de France, déclarant qu'il est "nécessaire de renforcer les mesures qui ont déjà été mises en place". En plus de l'inspection visuelle, elle a apporté les scanners pour vérifier la présence des moteurs.
03 juillet 2010, l'UCI a commencé à utiliser un scanner similaire à ceux des aéroports pour vérifier les bagages sur ce Tour de France 2010.
03 février 2014, l'UCI a introduit l'utilisation des scanners aux Championnats du monde UCI de cyclo-cross.
23 mars 2015,  Milan-San Remo : Contrôles continus sur les classiques de printemps, avec 11 vélos de Trek Factory Racing, Etixx-Quickstep et Tinkoff-Saxo en cours d'examen dans un quartier spécial mis en place par l'UCI.
30 avril 2015, l'UCI introduit de nouvelles sanctions contre le dopage motorisé : l'UCI a fixé des règles pour fraude technologique, comme elle l'appelle le "dopage mécanique", donnant aux coureurs une interdiction de courir pendant six mois minimum et d'une amende comprise entre 20.000 et 200.000 francs suisses. Les équipes peuvent également faire face à une disqualification, une suspension d'au moins six mois et une amende de 100.000 à 1 million de francs suisses.
15 mai 2015, Contador répond aux spéculations de Cipollini sur son changement de vélo : vainqueur du Giro d'Italia Alberto Contador a soulevé des soupçons en effectuant un changement de vélo. Avec toutes les rumeurs tourbillonnant autour des moteurs, certains ont supposés qu'il utilisait un vélo avec un moteur, il a répondu: "Tout cela est une blague, c'est de la science-fiction Les changements dépendent de la course, de la façon dont elle se déroule, nous pouvons utiliser différents types de cadres, des roulements ou des roues encore plus rigides. Ce sont ces solutions qui à plus de 30-40km/h peuvent donner un léger avantage. Cela n'a rien à voir avec l'usage des moteurs".
29 mai 2015, l'UCI a fait démonter le vélo de Contador et ne trouve rien.
13 Juillet 2015, l'UCI a continué ses contrôles sur le Tour de France, Jakob Fuglsang et Tanel Kangert (Astana), Daniele Bennati et Michael Rogers (Tinkoff-Saxo) et Damiano Caruso (BMC), entre autres avant le contre la montre par équipes.
25 juillet 2015, l'UCI a réitéré son sérieux à propos de la question sur l'usage des moteurs, mais n'a effectuée seulement que quelques contrôles pendant le Tour de France.
26 Juillet 2016, Cyclingnews a obtenu un aperçu du processus de test, et a constaté que l'UCI a été non seulement à la recherche de moteurs cachés dans les cadres, mais également de dispositifs dans les roues. "En ce qui concerne les contrôles de roue, nous avons inspecté toutes les roues sur tous les vélos que nous avons testés. Ils sont vérifiés pour s'assurer qu'ils ont été testés et approuvés conformément à nos règlements techniques ", a déclaré à l'UCI à Cyclingnews. "Nous enlevons les roues du vélo effectuons un contrôle visuel pour rechercher des signes de toutes modifications. Les roues sont ensuite contrôlés à l'équilibreuse qui indiquerait la présence de composants supplémentaires et enfin, nous vérifions que les roulements fonctionnent sans problème et sans résistance ce qui serait également indiquer la présence de composants non autorisés supplémentaires".
29 mai 2015, Greg LeMond croit les rumeurs, et a donné des conseils à l'UCI: "Je sais que les moteurs existent, je suis monté sur un de ces vélos. J'ai rencontré l'inventeur et parlé ensemble. Si les gens pensent qu'ils n'existent pas, ils se trompent, donc je pense que le soupçon est justifié. Je crois qu'il a aussi été utilisé dans le peloton. Il semble trop incroyable que quelqu'un puisse le faire, mais je sais que c'est réel. C'est simple à vérifier, beaucoup plus facile que le dopage, mais pas en regardant dans le tube. Vous avez besoin d'un pistolet thermique, vous pouvez l'utiliser dans la course. Il peut voir à distance de quelques mètres s'il y a une différence de chaleur dans le pédalier. Je le recommande pour l'UCI".
30 janvier 2016, le premier moteur est trouvé au Championnats du Monde de Cyclo-cross à Zolder. La jeune belge Femke Van den Driessche a vu son vélo se faire saisir au stand.
31 janvier 2016, l'UCI a confirmé à la fois qu'un moteur avait été trouvé dans un vélo de la zone des stands de Van den Driessche, et qu'ils ont eu recours à de nouvelles méthodes de détection. "Pour tous les gens qui veulent tricher, hier, nous avons envoyé un message clair : nous allons vous attraper et nous allons vous punir parce que notre technologie pour détecter ce type de fraude semble fonctionner", a déclaré le président de l'UCI Brian Cookson. Femke Van den Driessche nie avoir utilisée un moteur aux Championnats du monde.
01 février 2016, Eddy Merckx appelle à l'interdiction à vie pour des infractions au dopage motorisés : "Pour moi, c'est plus grave que le dopage. Il vous donne 50 watts de plus, ou même 100, ça dépend", a déclaré Merckx. "Ça n'a rien à voir avec le cyclisme. C'est de la moto. Ils doivent faire des courses avec (Valentino) Rossi".
Quleques coureurs se sont exprimés sur ce sujet:
 Chris Froome :"Au cours des dernières années, il y a eu des rumeurs au sujet de moteurs dissimulés dans les vélos. C'est une préoccupation que j'ai eu, quelque chose dont j'ai discuté avec l'UCI quand je me suis assis avec eux. J'ai dit que de mon point de vue, il y a ces rumeurs, mon conseil serait que l'UCI mette en œuvre des contrôles et des mesures pour effectuer la vérification des vélos plus régulièrement".  
Romain Bardet : "Maintenant que le premier cas a été constaté les recherches doivent être poussé un peu plus loin pour voir l'ampleur du phénomène. Je souhaite pour notre sport que c'est un cas très isolé. Au Tour de France, nous avons vu que les vélos sont vérifiés, et il serait bon que cela s'étende à d'autres disciplines". 
Sir Bradley Wiggins : "Depuis cinq ans maintenant, ils ont eu ce soupçon parce qu'ils ont été vérifié les vélos. Je pense que c'est le premier qu'ils ont trouvé, mais je suis sûr que c'est déjà arrivé dans le passé, mais ils ne les ont pas trouvé..."

Vous pouvez constater sur cette vidéo ci-dessous que ce système ne date pas d'aujourd'hui. Ce qui peut nous permettre de croire que l'UCI a joué la politique de l'autruche jusqu'à ce fameux championnat du monde de Cyclo-cross:






Mais déjà celui-ci est dépassé, d'après le journal italien la Gazetta dello sport. L'auteur cite de manière anonyme un "gourou de l'industrie" qui qualifie ce procédé "d'artisanal", et parle d'un "dopage du pauvre". D'après cet "expert", le top du top de la fraude technologique résiderait dans la mise en place d'une roue arrière "électromagnétique" capable de fournir en toute discrétion un couple de poussée de 20 à 60 watts, suffisant pour transformer un coureur moyen en un compétiteur prodige. Une technologie qui serait onéreuse (jusqu'à 200.000 euros). Le journal fournit à l'appui un schéma très sommaire de la technologie mise en œuvre :



Sauf qu'à y regarder de plus près... on ne comprend pas grand-chose. On y voit un écorché de roue dans laquelle passent des fils électriques, des "fenêtres" dans la roue, et, enfin, le dispositif porte la mention "il n'y a pas d'engrenage mécanique" pour toute caractéristique technique... Autant dire qu'en l'état, on voit mal comment un tel dispositif peut fournir quelque énergie cinétique que ce soit au vélo. Comme son nom l'indique, une roue "électromagnétique" implique l'utilisation d'un ou de plusieurs aimants qui ne figurent pas ici sur le schéma.

 

Alors comment fonctionne ce moteur ? Des aimants (au moins deux) sont positionnés face à des bobines dans lesquelles sont envoyées des impulsions électriques. Le passage du courant dans le fil de la bobine va avoir pour effet de la polariser et de la transformer en un électroaimant. La bobine va alors être attirée ou repoussée par l'aimant à proximité, créant ainsi une force mécanique. Ce type de moteur combine à la fois puissance et absence d'usure mécanique puisque la force motrice n'est pas transmise par un quelconque engrenage. Il est donc potentiellement plus silencieux qu'un dispositif utilisant une crémaillère pour transmettre la force motrice. Mais, il nécessite tout de même l'emploi d'une batterie pour alimenter les bobines en énergie, ainsi que de capteurs et d'un contrôleur électronique pour appliquer le courant sur la bonne bobine au bon moment, et bien évidemment d'un système de commande que le cycliste puisse actionner lorsqu'il a besoin d'un coup de pouce. Installer l'ensemble de ce dispositif sur un vélo est tout à fait faisable.


Vidéo de principe de fonctionnement du moteur électromagnétique :




Déjà dans le commerce des roues sont disponibles à la vente chez Rool'in par exemple.  J'espère ne jamais rencontré de roues de ce genre ou un cadre équipé d'un moteur dans son tube de selle dans un peloton...