mercredi 27 mai 2015

Souvenir Prix Marthe Dubois 2015



Bonjour,
Ce dimanche  24 mai 2015, j’ai participé au Prix Marthe Dubois, sur la commune du Mont-Dore à  Plum. Cette épreuve se déroulait en 2 étapes:

1 CLM de 10km et environ 1h00 plus tard après l'arrivée du dernier concurrent l’étape en ligne de 65km. Le profil du CLM comportait une bosse dès le départ, puis tout plat et retour avec la même bosse mais plus raide de ce côté. Pour l’occasion je rechausse les Mavic Cosmic Carbone Ultimate, avec les fameux boyaux Continental Compétition (qui savent décidément tout faire!). J’avais tout de même équipé mon vélo de prolongateurs. Après un échauffement bref, mon départ a eu lieu à 7h58, je m’élance pour ces 10km! Très vite je me mets "en marche", j’effectue l’ascension en rythme sans me mettre dans le rouge et surtout sans me mettre "le sang dans la bouche", ensuite je me régule sur mes watts et ma cadence de pédalage (j'oscille vers les 370w et  95tr/min), après le demi-tour je relance sans faire de pic de puissance (en effet après un pic, il y a effondrement et donc perte de temps!), je me remets au même rythme, je monte la bosse en sprint et gère ma bascule pour finir le dernier km à plus de 400w! Je coupe la ligne en 15’02..
Ci-contre ma courbe du CLM (en jaune les watts, en rouge la FC, en vert la vitesse et en bleu la cadence). Vous pouvez constater la linéarité des courbes, un modèle de gérance totale de ce CLM, comme les aimes le coach! Mais malgré cela je termine 2ème de l’épreuve pour 15sec, pas déçu car j’ai tout donné et surtout je ne possédais pas de matériels spécifiques chrono…

 A peine le temps de faire une petite décontraction, de manger une collation d’avant course et de démonter les prolongateurs que déjà arrive l’heure de l’étape en ligne!  Pendant la pause une bonne averse tropicale pour rafraichir l’atmosphère mais surtout rendre la route glissante s’est invité mais fort heureusement repartie pour l’heure du départ! En revanche la route est encore mouillée, je change ma roue arrière et passe sur ma roue aluminium à pneu plus sécurisante que ces Mavic sous la pluie. Je dégonfle un peu afin d’optimiser mon accroche en courbe.
9h15 et c’est reparti pour l’étape, avec comme parcours, le même départ que le CLM, puis 2 allers-retours le long de la "corniche" du bord de mer entre Plum et la Coulée et enfin retour avec la fameuse bosse avant l’arrivée. Soit un total de 65km. A peine la bosse franchie, le rythme est élevé et je sens que j’ai les cuisses encore gorgés de sang ! Je fais un peu profil bas et "tourne les cannes" pour éliminer les toxines! Avec le premier du général nous jouons au chat et à la sourie, un petit marquage entre nous… Par contre ici très peu de coureurs viennent rouler ou relancer le peloton, c’est dommage cela permet de progresser (même si oui on perd du jus et surtout sans but précis on préfère rester au chaud et s'économiser!), mais des primes disposées sur l’étape ont permis de donner des sprints suivies d'attaques et enfin de créer une échappée! Nos 2 fuyards creusent un petit écart mais nous sommes vigilant et les gardons à porter de fusil. Malheureusement le jeu des primes mets fin à leur échappée après une bonne douzaine de km. Devant le pack, je roule avec le leader du général et quelques autres coureurs mais moins régulier que nous. Je me pose la question: "Mais pourquoi tu roules ce n’est pas à toi, ni ton intérêt"! Mais après tout je me dis que cela me fera du rythme comme si j’étais dans une échappée en course, d’autant plus que 65km de course c’est court en comparaison de ce qui m’attends au retour en France! Idem pour Thierry Fondère qui pense tout comme moi.
Entretemps le vent s’est levés, nous tentons une bordure à 4, le trou se fait, nous insistons mais hélas nos 2 compagnons d’échappés ne sont pas habitués et manquaient de watts pour bien creuser l'écart. Nous nous faisons reprendre, déçu de voir que personne ne roule avec nous en tête de peloton mais par contre derrière, une fois le trou effectuer, ils se lient pour ne pas nous laisser filer! C'est malheureusement le prix à payer quand des coureurs dominent d'autres coureurs où leurs font "peur".... C'est donc un peloton complet qui se présente au pied de la bosse, un gars lance une belle attaque dès le pied, je vois le vent de face au sommet, je saute dans sa roue, à peine les premières rafales, il se couche littéralement, je déboite à mon tour et insiste contre le vent! Hélas j’ai 6 coureurs sur le porte-bagage que je ne parviens à distancer. Au sommet je prends la prime et nous basculons sur l’arrivée. 
Thierry mène le groupe avec un gros tempo (un petit accord entre nous…), 500m je suis bien calé en 3ème position, vent de face, 400m c’est parti (très tôt je trouve!) je reste caché derrière le coureur précédent qui vient de lancer le sprint! Il commence à faiblir, je le déborde, le vent est violent il reste encore 200m! Je fais un gros effort personne à gauche ni à droite! J’insiste mais je sens que le vent me freine, encore 50m mais à ma gauche je vois une roue qui remonte! En plus je suis en train de l’abriter, je mets plus souple mais c’est foutu il me dépasse avec un autre coller contre le trottoir! Je franchi la ligne en 3ème position déçu de mon sprint et d’avoir débordé si tôt! Après analyse, j’aurais dût me caler en 5 ou 6ème position du groupe et remonter par la gauche de la route en bénéficiant de l’abri des autres coureurs. Je me fait une morale: Il faut apprendre de ses erreurs, les analyser et travailler en conséquence afin de progresser!

              Au final je termine donc 2ème de l’épreuve! Content quand même car j’ai réalisé un de mes meilleurs CLM, pendant l’étape j’ai été acteur et tenté de sortir, donc pas de regrets hormis le sprint…
               Ma prochaine épreuve ici aura lieu normalement (toujours en fonction de mon planning de travail…) le 14 juin. D’ici là je vous ferez un petit test de matériel….