mardi 19 mai 2015

Résumé du Grand Prix du Col des Pirogues 2015



Bonjour,

Ce samedi 16 mai 2015, je me rends à ma seconde vraie course depuis mon arrivée sur l’île de la Nouvelle-Calédonie. Il s'agissait du Grand Prix du col des Pirogues avec l'arrivée au sommet du col du même nom (1,8km à 6% de moyenne). 

La journée commence mal, avant la course je m'aperçois que mon pneu arrière est HS (Schwalbe One en 700×25 avec plus de 4000km tout de même!), je change celui-ci mais pris de précipitation et un peu de stress car tous les coureurs m’attendent sur la ligne de départ je pince ma chambre dans la jante (erreur de débutant, je vous l’accorde!)! Je demande une roue et heureusement un gars avait pris une seconde paire de roue en 11v! Je monte sa roue en vitesse et nous pouvons enfin être libérer par les commissaires. 

Nous partons pour 80km de course, un aller-retour sur la route principale de l'île direction le nord, jusqu’à Bouloupari puis demi-tour autour d'un haricot! A l'aller nous avions un fort vent de dos, nous roulons super vite, les gars prennent des relais, des coups partent mais je sais que pour le retour ils vont s'éteindre! Avec les plus costauds de l’île nous imposons un tempo correct afin de ne pas trop laisser filer et contrôler que l'écart ne soit jamais au-delà de la minute. Le rythme est régulier, je passe régulièrement, j’en profite pour me ravitailler d’une barre énergétique. Mais à peine le demi-tour effectué, nous ne nous retrouvons plus qu’à 3 à prendre des relais, de plus je m’aperçois que suis "marqué", la nervosité commence à se faire sentir! Nous reprenons cette échappée à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée, mais le rythme en tête n’est pas important du coup des attaques fusent, je surveille je saute sur les costauds mais à peine je bouge une oreille je ramène tout le pack à chaque fois, je comprends que je suis l'homme à éliminer aujourd'hui!
En effet ma victoire sur la course précédente les a un peu "offensées". De plus dès que je suis dans un coup certains refusent de rouler avec moi! A ce moment-là je comprends qu’il va être difficile de faire un résultat aujourd’hui d’autant que le col n’est pas très dur! Mais à force de jouer au chat et à la souris, 2 hommes sont sortis et creusent l’écart, plus personne ne roulent, chacun s’observent! J’attaque mais en vain, idem pour les contres, je décide à contrecœur d’imposer un tempo (sans me mettre dans le rouge pour ne pas me faire contrer dans le col!). 

Mais devant le duo entame le col avec presque 1 minute sur nous! Tant pis pour le risque de contre, il faut rentrer! Je décide d’augmenter le tempo et ensuite on verra qui me suit ou non et ce qu’il se passera! Je me cale à 370, 380w (ce qui me correspond à un peu plus de 6W/Kg…), très vite nous ne sommes plus que 5 ou 6, un des fuyards est repris et ne parviens pas à accrocher mon train. Je décide de placer une attaque pour aller chercher le dernier et me débarrasser de mon "porte bagage" mais hélas au moment où je vais porter mon attaque, c’est déjà le dernier virage avant le sommet! Le sprint pour la seconde place est lancé, je me fais débordé mais parviens à remonter deux coureurs et terminer 3ème de cette course.

A  l’arrivée je suis très déçu de ne pas avoir eu beaucoup d’aide et surtout d’avoir eu un sentiment de ligue à mon écart. Je m’en veux d’autant plus que je pensais la montée plus longue, en effet en sachant qu’il y avait moins de 2km d’ascensions, j’aurais imposé un rythme plus élevé et je pense dans ce cas repris le vainqueur et peut-être même arriver tout seul… Mais tout cela ne sont que des suppositions et comme on dit "on ne refait pas une course!". Après avoir digéré cette course, je suis tout de même satisfait de ma 3ème place. 


Deuxième course depuis mon arrivée, et second podium et nous pouvons rajouter le CLM du Triathlon où nous (l'équipe du 13ème Bataillon de Chasseurs Alpins) sommes également montés sur le podium! Espérons que cela devienne une habitude! 

La semaine prochaine il y aura une nouvelle course en deux tronçons. Un CLM le matin et la course en ligne l’après-midi. Mais comme toujours comptez sur moi pour vous faire un résumé et vous faire vivre la course!