mardi 19 août 2014

Test vélo BH Ultralight RC



Bonsoir,

Aujourd’hui je vais vous faire part d’un vélo que j’ai testé récemment. Il s’agit d’un BH Ultralight RC équipé en Shimano Dura-Ace 11v mécanique. Pour plus de plaisir et afin d’orienter encore plus ce vélo sur ce dont il est destiné, à savoir grimper des cols, je l’ai monté avec ma paire de roue carbone montagne. Tout de suite et pour répondre à ceux qui sont obsédés par le poids, ainsi équipé je l’ai sorti à 6kg 540.

Vous allez me dire ce n’est pas du tout exceptionnel mais détaillons un peu ce montage qui est loin d’être le plus light possible. Le cadre annoncé à 880gr (vérifié à 872gr) est fourni d’origine avec une tige de selle FSA Light à 200gr mais sans recul, du fait de ma position j’ai dût changer pour une avec du recul, n’ayant qu’une Canyon VCLS sous la main j’ai donc "pris" 50gr que sur la tige de selle. En effet celle-ci est très confortable mais son chariot est relativement lourd! Je pense que de ce côté Canyon a vraiment un gros effort à faire pour alléger sa tige de selle. 
Mais d’un autre coté le recul réglable de 15 à 35mm permet de vraiment bien se poser sur tous type de cadre possédant une tige de selle en 27,2mm. Au niveau du poste de pilotage, j’ai choisi de monter une potence Dedacciai en aluminium, la Zéro en 100mm qui ne pèse que 120gr (121 gr poids vérifier sur ma balance), ce qui est tout aussi light que certaines en carbone et au coût 2 à 3 fois plus élevé. Pour une longueur courte (de 80 à 110mm), la rigidité ne se ressent pas entre une bonne aluminium et une en carbone. En revanche pour le cintre, je n’avais plus de cintre carbone qui me convenait, j’ai monté un cintre "mulet", un FSA Omega compact en aluminium. D’habitude j’utilise le FSA K-Light compact en 40cm axe-axe qui est plus léger de 60gr! Et surtout plus rigide lors des grosses relances mains aux creux du cintre. J’aime les compacts qui grâce au drop court permettent de faire de long relais les mains en bas sans tirer sur le dos ni avoir de crispations aux niveaux des cervicales (à bientôt 33 ans, il faut se préserver…). En pédale, j’ai monté des Time Xpresso 2, oui je sais quelle honte un modèle bas de gamme sur un vélo de la sorte! Mais mon BH Ultralight RC que j’ai eu en test était "livré" sans pédale, utilisant des Time, j’ai donc mis ce que je possédais pour rouler avec. Pour la selle, une SLR rail Titane tout de même, les câbles et gaines classiques Shimano. Voilà pourquoi j’obtiens ce poids de 6kg 540. Je pense et d’après mes calculs, pouvoir atteindre 6kg2, 6Kg300 sans trop d’effort (une tige de selle light, un cintre carbone, des pédales carbone titane et une cassette light).

Revenons à l’essai proprement dit du vélo. Tout d’abord ce qui est le plus frappant en le soulevant, celui-ci est lourd de l’avant… (Peut-être mon poste de pilotage qui me joue défaut !?) Dès les premiers tours de roue, je ressens tout de même une certaine légèreté et une bonne inertie. Sur mon parcours de test, je me retrouve tout de suite dans une descente technique de 4km sur une route avec un revêtement très irrégulier, je suis surpris du placement du vélo, j’arrive très vite à l’inscrire en courbe, très vite en confiance, celui-ci est très précis! Les relances se font sans à-coups, le cadre absorbe bien les vibrations et les défauts de la chaussée. Sur la plat en emmenant la plaque, le vélo n’est pas dans son élément et cela se ressent, en effet l’inertie que j’avais trouvé en descente se perd sur le plat surtout si le vent est contraire, le BH deviendrait même "poussif"… Mais comme le défini très bien le constructeur ce n’est pas son registre. D’ailleurs voilà mes cols des Cévennes qui approchent! Dès les premières pentes je ressens une facilité à emmener du braquet, le vélo est tout simplement nerveux et rebondi littéralement à chaque coup de pédale en danseuse, un véritable plaisir à emmener! Assis avec ma vélocité (entre 85 et 90tr/min), c’est tout aussi plaisant de monter les cols, le vélo a véritablement un comportement incroyable en monté, une capacité à faire tourner les jambes sans effort! Comme une sensation que la route est moins raide! A chaque relance en danseuse, ce renvoi permet vraiment de se relancer dans le rythme et de maintenir une vitesse ascensionnelle élevée sans subir au niveau du cœur! La géométrie du cadre y est pour beaucoup, en effet les bases très courtes (402mm, attention en changeant la roue arrière, le passage n’est pas évident…) assurent un arrière très dynamique, réactif et nerveux! Le slopping plutôt bien prononcé apporte un triangle avant tout aussi nerveux et rigide. Le tube transversal oversize qui vient englober la boîte de pédalier assure quant à lui la rigidité de l’ensemble!

Voilà pour le test de ce vélo qui est pour moi actuellement le meilleur vélo typé montagne que j’ai eu l’occasion de tester ! Ce BH Ultralight RC est vraiment tourné et destiné à ceux qui veulent se faire plaisir sur des ascensions longues ou sur de belles cyclosportives de montagne. En revanche si vous résidez dans une région assez plate et venté, je ne vous recommande pas ce dernier… J’espère prochainement pouvoir réaliser un test comparatif avec un Ridley Helium SL et un Cervélo R5. Je vous informerai comme à mon habitude de mes différents tests.

Dès ce jeudi 21 juillet je participe au Tour de laHaute-Tarentaise, une nouvelle épreuve de 4 jours comprenant 5 étapes, une épreuve qui s’annonce très exigeante, où j’espère finir dans le haut du classement…