mercredi 2 décembre 2015

Pratique du VTT en période hivernale



Bonsoir,
 
Ce soir je vais vous présenter une pratique pour nous les purs routiers dont nous ne sommes pas du tout adeptes : le VTT ! 

Tout bon coursier connait le fossé entre les deux disciplines que sont la route et le VTT, et très souvent jamais nous n’enfourcherons un VTT, trop salissant, trop galère en pratique et surtout trop technique d’où pas de plaisir ! Je vais vous démontrer qu’une fois passé ces appréhensions et avec un peu de pratique, vous trouverez du plaisir et surtout de quoi vraiment s’entrainer et progresser pour la future saison route!

                Déjà revenons sur ces VTT qui sont un peu des énigmes pour nous, choisir un cadre tout suspendu, semi-rigide, en 26, 27.5 ou encore 29’’? Avec un profil X-country, Enduro ou DH ? Quel est ce charabia !

Je vais vous faire une présentation sommaire de ces termes spécifiques au VTT afin de comprendre et d’accroitre vos connaissances en cyclisme (car oui le VTT fait partie de la grande famille du cyclisme ainsi que leurs pilotes sont bien des cyclistes !)
               
Cadre tout suspendu : Un VTT tout suspendu est un vélo qui possède un double système d'amortissement : le premier sur la fourche avant et le second au niveau du cadre pour amortir les chocs qui s'exercent sur la roue arrière. Ils sont plus confortables que les modèles semi-rigides, ils absorbent mieux les irrégularités du terrain et gagnent en efficacité / motricité dans les passages techniques.
En revanche, ils sont généralement plus lourds et offrent moins de rendement au pédalage que les semi-rigides.
                Cadre semi-rigide : Un VTT semi-rigide est un vélo dont seule la fourche avant possède un amortisseur. Le cadre ne dispose d'aucun système d'amortissement des chocs pour le triangle arrière. Ces modèles sont moins confortables mais plus rigides que les VTT tout suspendus, procurant ainsi au pilote un meilleur rendement au pédalage (aucun effet de pompage).
                Taille de jantes : Le standard 27.5 pouces conviendra à tous les VTTistes, quelle que soit leur taille. Aisé à emmener et sécurisant, il reste suffisamment "fun" pour se faire plaisir. Les roues VTT 29 pouces s’illustrent également par leurs caractères faciles et sécurisants. Cela peut toutefois demander plus de technique sur les parcours compliqués. Évidemment, les grands le favoriseront. Quant au standard 26 pouces, il garde ses qualités d’agilité et de maniabilité et convient toujours à la plupart des cyclistes.
                Cross-country (ou X-country) : Le Cross Country est la discipline la plus médiatique du Vélo Tout terrain et la seule représentée aux Jeux Olympiques depuis 1996 à Atlanta. Le Cross Country se pratique en compétition sur des circuits courts avec plusieurs boucles. Les terrains sont "peu accidentés" et alternent montées et descentes de façon rapide, ce qui demande des efforts physiques intenses. Seul l'ordre d'arrivée compte pour monter sur le podium. Les courses se courent sur des VTT semi-rigides en carbone qui privilégient le poids et la performance.
D'une manière plus générale, le Cross Country désigne des parcours VTT en plaine ou en moyenne montagne, sur des itinéraires relativement roulants. On distingue 2 grands formats avec le X-country et le X-country marathon (distances et dénivelés supérieurs).
                Enduro : L'enduro est une discipline née en France dans les années 2000. Elle se pratique sur terrain naturel uniquement, avec des profils de pente plutôt descendants et constitués de spéciales chronométrées. Entre chaque spéciale, les pilotes effectuent des liaisons le plus souvent à vélo. Cette discipline est exigeante physiquement et demande une très bonne technique de pilotage. L'équipement du pilote est proche de celui utilisé en descente mais les VTT sont plus légers et plus polyvalents car il peut y avoir d'importantes sections de pédalage.
                DH : La descente ou en Anglais "downhill mountain biking" (downhill -> DH) consiste à descendre le plus rapidement possible des pistes en terrain naturel aménagées pour présenter des difficultés techniques importantes. Les pilotes utilisent des vélos spécifiques (cadres renforcés avec de gros débattements de suspensions) pour franchir les obstacles tels que racines, dévers, sauts, rochers...
La vitesse est élevée et cette discipline nécessite beaucoup d'engagement de la part des concurrents qui portent des protections adaptées (casque intégral, plastron renforcé avec protection dorsale, genouillères, coudières...).

Donc pour résumé un peu et surtout pour compléter notre activité principale qui est la route, je vous conseille un VTT semi-rigide (profil X-country) avec au choix du 27.5 ou du 29 (en sachant que certains fabricants sont déjà en train de supprimer le 29’’ de leurs catalogue !). 
De mon côté, mon choix s’est porté sur un Giant XTC en 29’’ équipé en Sram X5 et X7 (cadre carbone semi-rigide avec une fourche de 100mm de débattement, un équipement milieu de gamme malheureusement avec des jantes d’entrée de gamme !). Comme vous le constatez sur la photo, il pèse presque 12Kg mais bientôt je vais l' "upgrader" avec une bonne paire de roue carbone et d'autres accessoires un peu plus "light"... J’ai acheté ce VTT d’occasion car je ne voulais pas trop investir dans un vélo qui est prévu pour un usage hivernal ou occasionnellement durant la saison ! C’est pourquoi je pense qu’un budget compris entre 800 et 1500€ pourra tout à fait vous convenir et ainsi vous arriverez à trouver votre bonheur sur le marché de l’occasion.

C’est donc avec ce nouveau vélo que j’ai attaqué mes premières sorties VTT, et tout de suite j’ai ressenti une différence avec ces grandes roues, une bonne inertie sur les chemins et une sensation rassurante dans les grandes descentes ! Mais en "single" et surtout n’étant pas un pilote VTTiste, on est vite mis à mal et la sensation de descendre comme une caisse à savon ! Par contre et c’est là le but de cet article, malgré le froid et la pluie de ma sortie, je ne ressens pas du tout ces sensations de froid ! En effet dans les sous-bois il fait déjà moins froid, ensuite l’allure est beaucoup moins élevée que sur la route (15 à 20 km/h de moyenne par sortie) et surtout vous êtes toujours en prise ou le cœur assez haut même en descente !
Ainsi grâce à ces sorties vous allez tourner à une fréquence cardiaque plus élevé que sur la route, généralement dans les côtes entre I3 et I4 voir I5 (voir mon article sur les différentes intensités ici) sur les "coups de cul" ! Mais également à une fréquence de pédalage d’au moins 10 à 15tr/min de moins que sur vos foncières classiques ! Ainsi vous travaillez la force, le couple et l’agilité sur les portions techniques ! Bref que du bon !

En plus de cela le VTT va vous permettre d’aller sur des parcours ou des lieux dont vous ne pouvez aller en vélo de route. Pour les fans comme moi des sommets ou des portions de routes inédites, vous allez adorer explorer des chemins, gravir un col en chemin et finir par un portage afin d’aller chercher le vrai sommet !Quand le temps est à la neige ou que les routes sont rendues dangereuses, n’hésitez pas enfourchez votre VTT et faites-vous plaisir ! On peut très bien effectuer une sortie de 3h en VTT sous un froid polaire ou sous une pluie battante sans "subir" la météo et ainsi avoir rempli son "contrat" d’entrainement !

En revanche je dois vous avouer qu’étant soigneux de mon matériel, voir maniaque (d’après certains…) après chaque sortie un nettoyage du VTT s’impose mais avec de bons produits d’entretiens cela va assez vite et surtout c’est toujours un plaisir de voir son vélo propre prêt pour une nouvelle sortie !