mercredi 2 juillet 2014

Montée de l’Alpe d’Huez



Bonsoir,
Je vais vous faire un résumé de la semaine qui vient de s’écouler et qui a été riche en événements me concernant.

Le mercredi 25 juin, le 93ème régiment d’artilleriede montagne basé à Varces organisait une montée de l’Alpe d’Huez au profit des blessés de l’armée de terre. Celle-ci pouvait s‘effectuer  en vélo, en courant ou même en marchant. Je choisis bien sûr l’option vélo ! Pour ce faire j’avais équipé mon Scott de ma paire de roue artisanale montagne. Le départ est donné en peloton, très vite et ceux dès la première rampe, nous nous retrouvons à 4. Je suis le rythme élevé d’un concurrent, au virage 20 nous ne sommes plus que deux, je prends mon relais mais ce dernier était en surrégime, il ne parvient pas à me suivre ! Je suis entre les virages 19 et 18…  Je tempère un peu mais ne parvenant jamais à reprendre ma roue, je décide de continuer tout seul sans plus me retourner ! Je suis donc seul dans cette montée si mythique avec toujours les inscriptions sur la route du dernier Tour! C’est absolument magique, de monter ce col, je double un nombre impressionnant de cyclistes qui eux aussi s’attaquent à ce mythe ! Je continue mon effort jusqu’au sommet, notre arrivée est quasiment au même endroit que celle du Tour, j’en termine avec un honorable chrono de 46’48 et sur la montée seule en 42’39. J’en profite pour savourer en passant la ligne en vainqueur !  Je suis satisfait de ma montée et cela malgré le manque d’échauffement dût à un accident sur la route avant la course. Un grand merci à Alpins Wheel pour cette paire de roue qui vraiment est magique dès que la route s’élève !


Le samedi 28 juin, je me suis rendu sur la cyclosportive "la Pierre le Bigaut" à Callac en Bretagne et qui comme l’an passé servait de support pour les championnats de France de la Défense. Pour mémoire cette cyclosportive est l’une des plus grande de France avec près de 7000 participants ! Nous prenons le départ sous un ciel menaçant et frais. Le parcours de 120km présente plusieurs difficultés mais pas de quoi faire de gros écart. La course est très rapide, je suis dans plusieurs attaques mais aucune ne prends vraiment du champ. La pluie est venue s’inviter pour ce championnat, rendant la route glissante. A moins de 10km du but, je sors dans une bosse mais à la bascule, un contre parts derrière moi et me passe sans que je puisse prendre les roues ! Hélas dans ce contre se trouve 2 concurrents directs pour le titre master ! Je suis repris par ce qui reste du peloton, une cinquantaine d’hommes, je me mets à rouler pour revenir sur ce contre, un seul de cette cinquantaine m'aide et prend des relais mais hélas nous devons nous inclinés et les voir franchir la ligne 5sec avant nous ! J’essaye de disputer un sprint pour une place d’honneur, malgré mes efforts je termine 4ème Master de ce championnat… Déçu de ma prestation car je venais sur ce championnat pour ravir le titre ! Je repars le soir même pour Chambéry avec un train de nuit et une arrivée à 5h du matin.

Le dimanche 29 juin, après une nuit très courte et mouvementé dans ce train de nuit, je décide tout de même de participer au souvenir Marius Vial, aux Avenières, un circuit de 6km5 à parcourir 18 fois avec une bosse de 500m. Les jambes sont lourdes, un groupe sort dès le second tour, je manque le coup… Ils prennent rapidement 1’, puis vers la mi-course nous revenons à moins de 20’’ de ce groupe de tête, je sors dans la bosse pour faire la jonction, au sommet j’y suis presque, je demande un relais mais le concurrent derrière moi ne me relaie pas mais "flingue" et parviens à rentrer ! Je reste pendu à 5’’ ! Le pack me reprend avec toutes mes illusions de figurer dans "la bonne"… Comme souvent sur un circuit, nous subissons des attaques, puis des coupures sans jamais revenir aussi proche. Je termine au sein du peloton à une anonyme 44ème place… 

Ce dimanche je vais me rendre sur un critérium à mon grand désespoir… Mais comme toujours je ferais de mon mieux pour être offensif !